Comment fait-on un logiciel et leurs différentes familles


Vous êtes-vous déjà questionné sur la façon dont on obtenait un logiciel ? Probablement pas. Nous nous contentons la plupart du temps de l’installer et de l’utiliser, car il répond à un besoin.

Logiciel, quel est la recette ?

logicielUn logiciel est avant tout un ensemble d’instructions qui sont exécutées par un ordinateur. Ces instructions sont également appelées code exécutable et sont réalisées dans un langage uniquement compréhensible par un ordinateur. Il existe cependant des spécialistes capables de le déchiffrer, mais cela reste un langage très complexe à manipuler.

Pour faciliter l’écriture d’un logiciel, des langages ont été spécifiquement inventés. A l’instar d’une langue : ils disposent d’un dictionnaire de mots et d’une grammaire pour les assembler et leur donner un sens. L’ensemble des instructions de fonctionnement, ainsi rédigées à l’aide de ce langage, constitue le code source du logiciel, qui est plus simple à comprendre et écrire pour un être humain. Par analogie, le code source – à la manière d’une recette de cuisine qui indique les ingrédients et la marche à suivre pour sa préparation – représente la « recette du logiciel ».

Le code source est ensuite converti automatiquement en instructions machine ou code exécutable. Dans un logiciel, c’est donc le code exécutable qui est mis à disposition des utilisateurs et installé sur votre ordinateur, à l’aide d’un autre logiciel dit d’installation.

Avec Microsoft Windows, les logiciels ou programmes d’installation sont souvent mis à disposition grâce à un support de type CD-ROM ou DVD-ROM. Mais la tendance est de plus en plus au téléchargement direct sur Internet ; donc ce support est dématérialisé.

En installant le logiciel, vous acceptez également le conditions d’utilisation. Le fameux bouton J’ACCEPTE que l’on coche ou clique par habitude. Or, tous les logiciels ne vous confèrent pas les mêmes droits d’utilisation.

Les familles de logiciel

Les logiciels gratuits ou Freeware :  Les conditions d’utilisation vous autorisent à installer et utiliser le logiciel sur autant de postes que vous le souhaitez. Vous pouvez également fournir à votre voisin une copie du programme d’installation du logiciel.

Les logiciels payants ou semi-payants : L’utilisation du logiciel est contrainte par le paiement d’un montant à un tiers. Ce tiers, comparable à l’éditeur de livres, est souvent appelé « éditeur » du logiciel. Ce droit d’utilisation peut-être assorti de toutes sortes de limitations. La plus classique et quasi systématique est l’interdiction de fournir une copie du logiciel à une autre
personne. D’autres restrictions peuvent être liées au nombre d’utilisateurs simultanés du logiciel au sein d’une entreprise ou encore à la puissance de l’ordinateur qui exécute le logiciel.
Il existe également des logiciels semi-payants. Ils sont utilisables gratuitement durant une période donnée (30 jours par exemple) et cessent de fonctionner si vous n’avez pas acheté le droit d’utilisation à l’éditeur.

Les logiciels libres ou open source : Il est tentant de dire que ces logiciels sont identiques aux logiciels gratuits. En effet, ils partagent avec ces derniers l’absence de limitation dans l’utilisation et la diffusion du logiciel. Cependant ils disposent de caractéristiques supplémentaires, qui leur confèrent bien d’autres avantages que nous découvrirons dans les chapitres suivants.

Extrait du module introductif du guide.

Retrouvez d’autres extraits.


A propos Philippe Scoffoni

Au sein d'Open-DSI http://www.open-dsi.fr, j'interviens ponctuellement ou régulièrement pour accompagner les dirigeants de TPE, PME ne disposant pas de personnels expérimentés et compétents pour toutes les questions touchant au numérique : logiciel, matériel informatique, communication digitale, etc... Les solutions que je propose s’appuient chaque fois que cela est possible sur des logiciels libres ou open source. Un choix guidé par le souci de garantir à l’entreprise son indépendance vis-à-vis d’un fournisseur, la pérennité de ses investissements, le respect des standards ouverts, en un mot la maîtrise de son système d’informations. Le second axe de propositions réside dans l’externalisation de l'informatique vers les services de cloud computing, pour un maximum de souplesse, avec le souci constant de garantir l'indépendance vis-à-vis des fournisseurs.